Logo du site
Chaire Mutations et Innovations Territoriales | Università di Corsica
Table ronde - territoires en mouvement et nouveaux enjeux pour les territoires
Introduite par Eugène Gherardi, directeur de l'unité de recherche LISA, la table ronde réunissait les responsables scientifiques de la chaire MIT et leurs partenaires académiques. Au gré des questions de Roger Antech, rédacteur en chef de Corse Matin, cette table ronde visait à explorer le potentiel d'action et de partenariat de la chaire MIT.

De Gauche à droite :
Eugène Gherardi (directeur du LISA), Paul-Antoine Bisgambiglia (pour la chaire MIT), Corine Rochette (pour la chaire territoires et santé), Didier Chabaud (pour la chaire ETI), Graziella Luisi (pour la chaire MIT), Florent Orsoni (pour l'école de design de Nantes) et Nathalie Lameta (pour la chaire MIT).
NB : un partenaire, l'Académie de l'Entrepreneuriat et de l'Innovation a été excusé et est représenté dans la table ronde suivante (Catherine Léger-Jarniou). 

Ce que nous retiendrons de ces échanges : 

On peut remonter aux prémices de la chaire Mutations et Innovations Territoriales en 2018, lorsque Graziella Luisi, Paul-Antoine Bisgambiglia et Nathalie Lameta réalisent l'impact que le numérique a sur notre société insulaire et décident d'évaluer plus largement les effets des grandes mutations (technologiques, climatiques, démocratiques) sur le territoire corse. L'occurrence de la crise Covid vient conforter la nécessité de créer cette chaire, de donner du sens aux changements à l'oeuvre, et notamment à l'impact sur nos sociétés.

Aussi, l'enjeu que porte la chaire MIT est de contribuer à définir un horizon commun pour le territoire Corse. 

Vers où va-t-on ? Et comment y aller ? 

La chaire est aussi une opportunité de penser la recherche autrement, en connexion avec les acteurs et besoins du territoire. La création d'une chaire vient nourrir ce besoin partagé par les universitaires de la table ronde de sortir de l'entre-soi, et de penser la recherche conjointement avec les acteurs des territoires, collectivités, citoyens, entrepreneurs. 

Cette démarche permet de penser la production de solutions localisées, adaptées, fonctions des ressources et de l'histoire de nos territoires : "on a des racines et des ailes" (Didier Chabaud). Aussi, les innovations mises en oeuvre ne sont-elles pas nécessairement époustouflantes, tant qu'elles constituent une solution pertinente. Evoquant le cas des déserts médicaux dans le monde rural, Corine Rochette explique ainsi :

"On va revenir vers des solutions qu’on connait depuis des années, que ce soit en Corse ou en Auvergne. L’épicier ambulant qu’on connaissait dans les années 60, avec son petit camion, allait distribuer dans nos villages ses produits d’épicerie, aujourd’hui, ce sera un bus médical. On ira porter des soins ou des diagnostics médicaux, dentaires dans les zones où les usagers n’ont pas accès aux services de soin nécessaires."

Les partenariats académiques noués nourrissent aussi la nécessité partagée d'explorer des situations contrastées, de croiser les regards. Pour la chaire Entrepreneuriat Territoire Innovation, localisée à Paris, l'enjeux est sortir de la ville : il s'agit d'analyser la diversité des dynamiques territoriales au sein de territoires urbains mais aussi ruraux et périphériques et de nourrir le questionnement suivant : Comment contribuer à l'amélioration de la qualité de vie des populations au sein de ces territoires hétérogènes ? 

L'apport de la pensée Design, ou Design Thinking, est essentiel. Dans la définition qu'en propose Florent Orsoni, le Design est la capacité à mettre en mouvement les acteurs par la construction d'un langage commun et par la projection. 

"Aussi, on a beaucoup parlé de pluridisciplinarité, d’interdisciplinarité. Par le biais de ce langage universel, par le biais de ce langage qui est le dessin, la représentation, c’est l’occasion d’avoir des moyens de communiquer. On parler d’interdisciplinarité, mais de langages qui sont parfois différents. Là, l’idée, c’est de se mettre autour de la table et de commencer à projeter des choses très concrètes et de se dire : allons-y, mettons en place des choses" (Florent Orsoni). 

Cette mise en mouvement repose sur une approche, qui est celle de l'expérimentation, et donc du droit à l'erreur. 

"Même si ces [solution imaginées] ne sont pas immédiatement viables ou actionnables, on a des leviers pour agir et pour se mettre en mouvement, alors qu’on est parfois paralysé par la montagne d’enjeux" (Florent Orsoni).

L'exposé de Corine Rochette concernant l'accès au soin en Auvergne révèle ainsi la complexité du processus, sa richesse, de même que la palette des interactions entre chercheurs, acteurs de la santé et patients-usagers : poser un diagnostic sur la situation, imaginer des solutions eu égards les ressources existantes sur le territoire, évaluer l'impact des dites solutions... un processus qui repose sur l'expérimentation et qui prend du temps. 

Si la chaire se veut être un dispositif qui impacte recherche et société, la relation à la formation est essentielle. La philosophie portée par les responsables scientifiques de la chaire est d'accompagner les étudiants dans le développement de leur créativité et de leur autonomie :

"les étudiants ont vraiment pris conscience qu’ils doivent être acteurs de leur avenir et de leur territoire. S’ils ne prennent pas eux les choses en main, nous ne sommes plus dans un schéma où le politique va faire des plans qui vont s’appliquer et où chacun va trouver sa place. On peut très vite être marginalisé. Ce sujet de l’entrepreneuriat et de l’innovation au sein de l’université, il ne s’agit pas de rendre tout le monde entrepreneur, mais de rendre tous les étudiants entreprenant et les conduire à prendre leur vie en main, donc de construire avec eux des projets, de les accompagner" (Nathalie Lameta).

Finalement, comme le conclut Graziella Luisi, l'inauguration de la chaire MIT, c'est l'inauguration d'une "proto-chaire", c'est à dire d'un projet dont la première étape, sur cette année à venir, consiste à en co-construire le contenu et l'étendue avec l'ensemble des partenaires

Pour aller plus loin : 

 

Page mise à jour le 01/02/2022 par MORGANE MILLET